📷 Les partenaires du réseau de prévention de Carhaix rassemblés devant le collège Beg Avel. De gauche à droite Armelle Garotin (centre de planification), Cyril Coupry (CSAPA du CH des Pays de Morlaix), Anne Mirail (CLAJ), David Cochen (PAEJ Oxyjeunes), Sandrine Autret (Ville de Carhaix)

Une intervention en classe de 3ème

Le Point Accueil Ecoute Jeunes Oxyjeunes intervient régulièrement au collège Beg Avel à Carhaix depuis 2012 sur la thématique des conduites à risque. C’est le niveau 3ème qui est ciblé par cette action. Les élèves sont donc âgés entre 14 et 15 ans.

C’est l’âge des premières sorties festives, des premières consommations de produits psychoactifs, de la découverte de la vie affective et sexuelle, de la confrontation avec les parents, etc.

Les professionnels des deux institutions, PAEJ Oxyjeunes et collège Beg Avel, se connaissent bien. Ils travaillent toute l’année sur des situations d’élèves en difficultés dans le cadre de l’écoute individuelle proposée au PAEJ. La particularité de l’action développée est d’associer plusieurs institutions locales mais aussi de revêtir un caractère pluri-professionnel.

De fait, cette collaboration favorise la connaissance des acteurs locaux, auprès des élèves, mais permet également d’apporter une plus-value dans les réflexions et la transmission des connaissances puisqu’il existe à la fois un apport généraliste, comme celui du PAEJ, et un apport plus spécialisé proposé par exemple par un professionnel exerçant dans un CSAPA ou encore une sage-femme pratiquant dans un centre de planification.

La mobilisation d’un grand nombre d’acteurs (5 professionnels en 2019) permet aussi de toucher un nombre important d’élèves sur un laps de temps réduit. Le collège Beg Avel accueille 4 classes de 3ème générale et une classe de 3ème SEGPA, soit une centaine d’élèves.

Les conditions de travail sont optimales. 15 élèves maximum par groupe pour faciliter les échanges, soit une demi-classe. L’animation se fait en binôme. Dans la mesure du possible, ce binôme est mixte et pluri-professionnel. Le temps de travail défini est de 1 heure 30 par séance.

En amont de l’intervention, une réunion de préparation s’est déroulée dans les locaux du PAEJ à Carhaix. Ce temps de travail a permis aux professionnels de nourrir un diagnostic, de définir des objectifs communs et de travailler sur un support de discussion et de réflexion auprès des élèves.

Un outil sans cesse revisité et adapté

Jusqu’à présent, le choix des partenaires s’est toujours arrêté sur l’outil “Potes et despotes“. Cet outil pédagogique, de l’Association Départementale d’Information Jeunesse des Côtes d’Armor, est destiné aux jeunes âgés de 11 à 17 ans. Ce classeur se compose de 15 fiches-situations pouvant être soit lues soit jouées par les jeunes. Les saynètes interactives facilitent l’implication des jeunes par leur simplicité et leur pertinence.

Les saynètes abordent les questions liées au respect, à la violence et aux différences en développant des thèmes tels que le rejet de l’étranger et des différences, le regard sur le handicap mental et physique, la discrimination sexiste, le racket, la pression du groupe dans les premières consommations de produits psychoactifs, les relations professeurs-élèves.

En proposant des mises en situation proches du réel, il permet de mener une réflexion sur les positionnements individuels face aux pressions exercées par les pairs et aux violences qui en découlent.

Chacun peut réellement se reconnaître dans les saynètes proposées, qu’il les ait vécues ou en ait été le témoin. D’autres compétences personnelles et sociales sont également travaillées : gestion de la colère et de la violence, savoir dire non, s’affirmer, développer sa confiance en soi et son estime de soi, empathie, écoute, résolution de problème…

En 2019 l’action déployée au collège Beg Avel auprès d’un public scolarisé en troisième, s’est appuyé sur les saynètes « la cata » – pour aborder la thématique de la sexualité – et « l’anniversaire » afin d’échanger sur les thématiques liées aux pressions du groupe lors des premières consommations de produits nocifs.

A côté de ces deux saynètes nous avons développé, de manière à répondre au mieux au diagnostic établi, deux autres saynètes, l’une intitulé « les insultes » et l’autre « session nocturne ». La première a pour objectif de prévenir les phénomènes de harcèlement et la seconde vise à limiter l’utilisation nocturne des écrans et ainsi favoriser la concentration des élèves en travaillant autour de la thématique du sommeil.

David COCHEN, éducateur spécialisé,
Point Accueil Ecoute Jeunes Oxyjeunes