Si le confinement a été pour le PAEJ un temps suspendu dans l’accueil des jeunes, cela a été l’occasion de renforcer nos liens avec certains partenaires. C’est dans ce cadre que Mme Méléard, Principale du collège Jean Jaurès à Saint-Nicolas-du-Pélem a sollicité Oxyjeunes afin de proposer aux enseignants, aux personnels de vie scolaire et administratif, un temps de discussion autour de leurs pratiques.

Le confinement : inventions et impasses

Nous avons conversé autour de la continuité pédagogique et de ce qui s’est inventé : un professeur a par exemple témoigné de petites trouvailles pour rendre vivant son cours en se filmant et en diffusant sur Youtube des vidéos pour ses élèves. Ce temps d’échange, pour certains en visioconférence, fut riche d’enseignement. Il a été repéré que les bonnes intentions peuvent parfois pousser à des effets contraires. Ainsi une charge de travail massive est arrivée, dans un même temps, aux élèves, chaque enseignant ayant voulu faire de son mieux. Si certains collégiens se sont trouvés perdus, d’autres ont pu néanmoins aménager leur propre rythme de travail. L’équipe de la vie scolaire s’est organisée pour assurer, au cas par cas, l’accès au contenu pédagogique que ce soit par la mise à disposition du matériel informatique ou de cours imprimés pour ceux habitant en zone blanche. Plusieurs professeurs ont souligné une perte de repères dont ils se sont aperçus après-coup : rythme habituel quotidien modifié, pas de déplacement du domicile au collège, horaires décalés voire temps de travail illimité, auprès d’adolescents aux prises avec l’immédiateté des réponses par le biais des réseaux sociaux, quel que soit le jour, l’horaire, la personne !

Logo du collège Jean Jaurès à Saint Nicolas du Pélem (22)

Une multitude de questionnements

Puis, au moment du déconfinement et de la réouverture des établissements scolaires, pour plusieurs professionnels de l’établissement, s’est formulée une question : comment articuler leur mission première, celle de participer à l’éducation des adolescents et à leurs apprentissages, avec les normes sanitaires en vigueur à faire respecter, celles-ci mêmes qui modifient, limitent voire empêchent parfois une orientation pédagogique ? Se mêleront alors doutes, incertitudes, interrogations, entre la hâte de reprendre et l’angoisse face à un virus dont on ne sait grand-chose. Dans ce cadre inédit, il a s’agit d’accueillir les angoisses suscitées pour les uns et pour les autres sans trop anticiper sur les effets que cela pourrait produire car chacun y réagit de manière singulière.

Un désir d’enseigner qui prend le pas

A l’heure de la reprise des cours en présentiel, les enseignants sont au rendez-vous, quelques élèves aussi. Oxyjeunes interviendra aussi pour discuter avec eux, à plusieurs – en présence de l’infirmière, de la Conseillère Principale d’Education ou d’un professeur – de ce qui s’est produit, pour ceux qui s’autorisent à prendre la parole dans ce lieu. Jeux vidéos et Instagram auront été de la partie ! Une nouvelle question s’ouvre : Quels usages de ces pratiques numériques ? Quelles fonctions pour ces adolescents du XXIème siècle ?

Delphine JEZEQUEL, Psychologue clinicienne
PAEJ Oxyjeunes